« Moscou »
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Contexte_

Aller en bas 
AuteurMessage
Apollinaria T. Ulanov
« Admin* »
« Admin*  »
Apollinaria T. Ulanov

Nombre de messages : 110
Age : 28
» Chanson : I'm Yours . Jason Mraz
» Humeur : Mélancolique
Cheeze ! : Contexte_ Sanstitre2i
Date d'inscription : 09/01/2009

« Instants de Vie »
» Citation : La Terre s'use, l'amitié des âmes, jamais.
» Vie sociale :
» Secret :

Contexte_ Empty
MessageSujet: Contexte_   Contexte_ EmptyJeu 15 Jan - 22:06


    Moscou. 1917.
    Extrait du Journal intime de Peter Klovitch.



    « Cher Journal,
    Il me semble que quelque chose de bizarre se prépare. Les rues sont envahies de plein de personnes dont j’ignore l’identité. J’ai peur. Je suis tout seul, Papa est parti pour son travail, c’est bizarre aussi parce qu’il m’avait dit qu’il travaillait dans une très grande usine. J’ai beau n’être qu’un adolescent, quand même, je sais que les patrons n’envoient pas leurs employés en voyage pour fabriquer de la laine. J’aimerais que quelqu’un m’explique, mais personne ne semble être décidé. Tant pis, je le saurais bientôt, et je l’écrirai. Aussi, je ne comprends rien. A la télé, le présentateur des informations ne parle que de notre ville, alors que d’habitude, il s’étend sur Saint-Pétersbourg, au moins. Il parle de choses que je ne comprends pas, je crois que c’est de la polu.. politique. Un mot comme ça. J’avais raison, une chose qui va marquer l’histoire se prépare, même Maman n’ose plus sortir, elle a peur je pense. Mais je suis là pour la protéger, je n’ai pas peur moi ! »

    « Aujourd’hui, des gens habillés en vert-de-gris sont arrivés chez nous. Ils ont parlé avec Maman. Je les déteste. A cause d’eux, Maman a pleuré toute la journée, et toute la nuit. Et voilà deux jours que ça dure, elle ne veut pas m’en parler, et me dit que je comprendrais bien assez vite pour que je me fasse du souci aujourd’hui. D’après elle, il fallait que je profite des quelques derniers rayons du soleil. Je ne comprends pas pourquoi elle a employé un mot qui marquait la fin de quelque chose. »

    « Tout s’est éclaircit. Sauf le ciel. J’ai enfin tout compris. Nous sommes en guerre. Papa n’est pas parti pour son travail, il a intégré l’Armée, et il doit se battre pour sa patrie, même s’il doit en mourir. Cette simple pensée me donne une indicible rage intérieure. Je voudrais tant aller l’aider, me battre avec lui .. Mais Maman a refusé, et m’a envoyé, pour ma soi-disant sécurité, à Lomonossov, l’école la plus réputée de la ville. Je ne me sens pas à l’aise, j’étouffe. Il y a deux clans, je ne sais dans lequel aller, je tente de les raisonner mais je n’y parviens pas. Ils me menacent chacun de leurs côtés, de me tuer si je ne me rallie pas à leur cause. J’ignore même jusqu’aux raisons de leurs rivalités, je ne veux certainement pas prendre part à quelque chose dont je ne suis pas au courant, quelque chose contre lequel je suis peut-être réticent. Ils me menacent pour ces choses, alors que la guerre éclate à l’extérieur, je viens d’arriver et je connais la fumée que provoque le choc d’une bombe sur le sol, le ciel gris assombri par les avions de chasses, les soldats courant les rues, .. je connais l’horreur que vit Moscou en ce moment, pas eux. Je ne les suivrais pas, je m’opposerai aux deux clans s’il le faut, je serais peut-être le seul, mais je ne capitulerai pas. »


    Extrait du Journal Quotidien de Moscou.

    « Un meurtre au-delà du terrain de Guerre.
    Un jeune homme du nom de Peter Klovitch vient d’être retrouvé mort dans les couloirs de l’école Lomonossov. La raison reste encore mystérieuse, le coupable, inconnu. Aucune piste n’a été identifiée, l’école semble avoir fermé ses portes, laissant derrière elle un lourd secret. Cela semble être un meurtre parfait dans cet établissement, où, visiblement, régnait deux clans rivaux. »


    Aujourd'hui.
    Extrait du Journal Quotidien de Moscou.


    « Incroyablement incroyable.
    Alors que l’affaire ‘Peter Klovitch’ semble avoir été étouffée, les portes de l’Université Lomonossov s’ouvrent à nouveau, sans la moindre explication. Plus d’un siècle plus tard, l’école réouvre, accueillant ses élèves les bras ouverts. L’eau a certes coulé sous les ponts, mais pas les différences. Enfants de Mafieux pour certains, d’immigrés pour d’autres, .. des rivalités subsistent. Auparavant, les clans, appelés Gangs par quelques uns, opposaient des mafieux Russes à des immigrés trempés dans des affaires louches, eux aussi. Aujourd'hui, même si le directeur de l'école affirme que toute menace est écartée, le constat en est tout autre ; les clans sont toujours aussi présents, à une échelle réduite. Pas de violentes et virulentes bagarres quotidiennes, mais, dans ce climat toutefois apaisé, des rivalités incessantes. Le clan Apologika et le clan Dramatika. Alors que le premier se révèle être plutôt pacifiste, le second se montre rebelle. Ils se supportent. Il parait même qu'au delà de ces gangs, certains élèves auraient opté pour une sorte de clan intermédiaire, ne prenant parti pour aucun des deux autres. Il semblerait que le courage de ce Peter Klovitch ait tout de même été payant. Cependant, une question demeure : Les élèves réussiront-ils à vivre pleinement leurs vie de jeunes, tout en prenant garde aux éventuelles représailles ? Découvront-ils d'autres secrets ? Se déchireront-t-ils à nouveau ? »


    (c) Apollinaria
Revenir en haut Aller en bas
 
Contexte_
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Moscou » :: { Administration } :: » GRIMOIRE-
Sauter vers: